Les constructeurs allemands doivent se préparer à faire face à la concurrence des entreprises chinoises. Quels sont les risques et opportunités d’affaires que représentent cette nouvelle situation ?

Chine-Allemagne

La Chine en plein essor: les objectifs pour 2015

La Chine est aujourd’hui le plus grand fournisseur d’industrie mécanique avec un chiffre d’affaires de 563 milliard d’Euros. La part des exportation de machines chinoises a augmenté de 10% en quelques années. Le seul point négatif de cette économie est qu’elle dépend nettement de l’étranger en matière de recherche et développpement. La méthode développée actuellement est le transfert technologique : on accueille les investissements étrangers en l’échange d’une formation sur le savoir-faire.

En plus de cette méthode,un plan quinquénal a été mis en place par le gouvernement chinois afin que la Chine rattrappe son retard technologique et renforce son positionnement mondial dans le domaine de l’industrie. Les dépenses que représentent le plan quinquénal sont colosales. Elles correspondent à 2% du PIB de la Chine.

Les priorités d’ici 2015 sont la protection des ressources et de l’environnement et l’accent sur la recherche et développement à l’intérieur du pays. Des pôles de compétitivité ont été créé par le gouvernement afin de baisser les prix du marché mondial en offrant des produits à égale qualité et avec un coût moins important. D’ici 2015, la Chine se positionnera en tant que concurrent direct face à l’Allemagne.

Les entreprises chinoises surproduient et créeent excédents. Ces excédents sont destinés à l’export, ce qui pourrait à long terme engendrer un bouleversement sur le marché mondial. En effet, le coût des machines destinées à l’export est estimé à 4 milliard de dollars, soit 8 fois plus qu’en 2010.

Quels sont les risques directs pour le géant allemand?

Un des risques de cette situation serait que la vente de produits en masse de la Chine conduise à la disparition de la machinerie allemande. L’Allemagne avait axé sa priorité dans l’investissement et la production en masse ainsi que dans l’augmentation des ventes de machines en Chine. De nombreuses entreprises germaniques sont installées en Chine. Le danger viendrait de l’implication du gouvernement chinois : si il restreint les activités des entreprises étrangères au profit d’une production chinoise, la concurrence est déloyale. C’est pourquoi une veille concurrentielle est nécéssaire pour éviter les mauvaises surprises : il faut surveiller toute décision prises par le gouvernement ou le parti Chinois.

Le plan quinquénal prévoit des subventions du gouvernement dans des domaines qui sont d’une grande importance également pour l’industrie allemande et européenne. Ces secteurs sont  : les véhicules respectueux de l’environnement, les produits haut de gamme, l’énergie, les biotechnologies et le nouvelles techniques d’information et de communication. Les entreprises subventionnées développeront l’innovation dans ces domaines et créeront des machines uniques.

Flexibilité et adaptation au nouveau marché industriel mondial

La meilleure solution face à ces menaces est de s’adapter à la future nouvelle composition du marché industriel en développant de nouvelles stratégies. Il est possible que cette concurrence renforce la production de machines allemandes en Chine. Il est aussi possible de réfléchir à de nouvelles stratégies de coopération. La troisième solution serait de développer encore plus la recherche développement, afin de maintenir à distance la menace chinoise.

allemagne

La meilleure solution est de se différencier , en proposant des demandes adaptés à la clientèle. Le nouveau marché chinois couvrira les demandes de masse. Fort de leur expérience, les entreprises allemandes pourront offrir un service personalisé . Ceci rendra la Chine encore plus dépendante de l’Allemagne, car la qualité allemande sera toujours supérieure.

Pour en savoir plus, consultez ce document publié par l’association de la machine outil allemande.

Amandine R.

Articles similaires :